PRIERE – Journey of Self Love ( Voyage dans l’Amour de Soi )

6 avril 2020 20h37, après la prière du maghreb m’est venu :

Qu’est-ce que je fais pour prendre soin de moi ?

La prière.

Je prie, prier, c’est une des façons qui me correspondent de prendre soin de moi. De nourrir mon âme, nettoyer mon esprit (par exemple de toute pensée négative), et de même prendre soin de mon corps.

Alors voilà, j’ai envie de parler de prière aujourd’hui.

« Le 26 février 2020.

Salut <3

« Sur quoi j’écris aujourd’hui ? », c’est la question que j’ai posé à Dieu.

Le premier mot qui m’est venu : PRIERE.

Alors voilà, j’écris sur la prière. Je ne sais pas encore ce que ça donnera, je suis mon intuition.

La prière, j’ai toujours su qu’elle existait dans les trois religions monothéistes.

Ah oui, j’allais oublier de préciser, loin de moi la volonté de donner une éducation religieuse ou autre. J’écris sur ce qui me vient, selon les guides du divin. Par curiosité, par envie de garder une trace écrite de ce que j’apprends – par exemple ce texte que j’écris le 26 février 2020 sera différent d’un texte futur sur la prière ou autre – par envie de partager qui je suis créativement à ma façon ici.

En islam, on prie cinq fois par jour, en direction de La Mecque, lieu sacré pour les musulman.e.s, pour savoir quand prier dans la journée, les mosquées notamment, nous donne un calendrier horaire pour chaque prière. Voici les noms de chacune : al-subh (prière du matin), al-dohr (prière du milieu de journée), al-asr (prière de l’après-midi), al-maghrib (prière du coucher du soleil), al-ichaa (prière de la nuit). La prière s’apprend dès l’enfance. Pour prier, les croyants ont un rituel : avoir l’intention de prier la prière que l’on va prier, on fait ses ablutions – pour les curieux.ses je vous invite à faire vos propres recherches en discutant avec des musulman.e.s ou sur internet mais il est préférable d’engager une conversation 😉 – puis on se vêtit selon la déontologie musulmane, et commence la prière <3 (je titille votre curiosité pour que vous fassiez vous-mêmes vos propres recherches).

Dans le christianisme, et le judaïsme, je vous invite à engager une conversation avec les croyant.e.s concerné.e.s 😉 Je ne vais pas approfondir car j’ai très peu de connaissances, incertaines sur le sujet.

J’invite tous les curieux.ses, musulmans.e.s, chrétien.ne.s, juif.ve.s, athé.e.s, boudhistes, hindous, non religieux, de toutes croyances, à partager, échanger, discuter, soit sous ce post, dans l’Amour, le Respect, la Bienveillance, et/ou bien sûr autour de vous.

Avec cette « introduction » (il me paraît que s’en est une 😉), voici ce que j’ai réellement avec amour envie de vous partager :

Alors, j’aimerai parler de MA vision, MON expérience, avec la prière. Car dans Ma Vérité, je peux m’exprimer dans mon intégrité, créativité, alignement, désir.

Nous sommes le 26 février 2020. En sachant que le temps est circulaire (non linéaire), je me situe à cette date.

La prière a toujours fait partie de ma vie. Par le passé, j’ai eu une relation conflictuelle avec elle. Au-delà de mon éducation religieuse, de la façon par laquelle cette notion est entrée dans ma vie. Et au-delà de la façon que moi je percevais ostentatoire qu’on me ramenait à elle constamment. Je ne comprenais pas pourquoi je devais prier. Ça ne faisait pas sens pour moi. Je ressentais une certaine distance avec elle car j’avais l’impression de ne pas y avoir droit. De ne pas la mériter. A cette relation que l’on est censé entretenir avec Dieu. Bien que ce soit un devoir, un pilier de ma religion. Vous savez, je suis une personne qui a besoin de tout comprendre. Aujourd’hui j’apprends à l’accepter (de ne pas comprendre ou recevoir d’explications), mais avant je n’acceptais pas de recevoir un oui, un non, ou quoi que ce soit si je ne comprenais pas, si ça ne fait pas sens pour moi. Cependant, faire mes propres recherches et rechercher des informations pour trouver mon sens à tout est important pour moi.

Alors voilà, parfois je priais, parfois je ne priais pas pendant des jours. Parfois je priais une fois dans la journée. Autre chose, j’avais l’impression que si je ne me sentais pas connectée dans la prière à cette Energie Toute Puissante, à quoi ça servait ? (car je me sentais connectée autrement, mais j’avais une attirance contradictoire à ce que je me disais dans ma tête à la prière) Autant ne pas prier. Je ne me sentais pas connectée. J’avais l’impression que si je priais, c’était pour les autres, car c’est comme ça, tu dois prier, c’est ton devoir, si tu ne pries pas, gare à toi. C’était le regard que je portais.

A ça, s’ajoute le sentiment de honte et de culpabilité. Ah, parce que, d’abord, tu ne peux en parler à personne. « Quoi ? Tu es musulmane, et en plus tu portes le ‘hijab’ et tu ne pries pas ? Tu pries quand tu veux en fait. Ce n’est pas comme ça que ça marche. ». Je suis sûre qu’il existe plein de personnes bienveillantes et qui ne jugent pas. Mais le risque, la peur du rejet, de la non-compréhension, du jugement est trop forte. C’est difficile d’en parler, tu as peur, tu te sens seule, tu te sens jugée par le monde entier. Et puis avec un sujet si délicat pour moi, je ne plaçais ma confiance en personne pour cette confidence. Le pire, c’est quand on se juge soi-même : quand on se blâme, quand on culpabilise de ne pas prier, culpabilise car on veut prier mais on n’y arrive pas, car hors de portée, je ne le mérite pas, je ne comprends pas pourquoi je prierais si ça ne me fait pas du bien, si je ne vis pas cette connexion que je recherchais. Mais aussi la culpabilité de ne pas savoir pourquoi je suis comme ça. Quand tu penses que tu n’es pas normale, que tout ce que tu es, fais est voué à l’échec à cause de ça. Que oui, tout au fond, tu voudrais que ça fonctionne, car c’est important, essentiel pour toi. Cette connexion spirituelle est la fondation de ma vie, mais comment trouver le sens ? Quel est le sens profond de cette prière sacrée qui me permet d’entrer en connexion avec le divin ?

J’ai enfin réussi à en parler. Car j’en avais profondément envie et qu’il était temps, je ne pouvais plus rester à me blâmer toute ma vie sans chercher de solution pour vivre ma vérité, être qui je suis et accomplir mon devoir. A une personne de confiance, professionnelle, qui m’accompagne dans mon cheminement, envers laquelle j’éprouve une immense gratitude.

Et là vient la libération.

Pour commencer, après la difficulté à m’ouvrir, je relâche la pression. Je partage avec honnêteté mon état d’esprit, mon énergie, mon lien avec la prière, tout ce que je pense, ressens, vis. J’ose être Moi. J’entre dans ma vulnérabilité, mon courage pour faire la paix avec Moi.

J’accepte ce que je vis, je le regarde, je l’embrasse, je fais la paix avec moi doucement mais sûrement. Je me pardonne, j’arrête de me blâmer, je mérite car j’existe. J’ai le droit de prier, j’ai le devoir de prier. C’est une chose que je venais de comprendre, je le savais mais je ne le voyais pas, j’ai compris tout d’abord, que j’ai un devoir à honorer, et en plus d’être un devoir c’est un bienfait qui vaut bien plus que tout l’or du monde.  C’est une religion que j’ai choisie, que je choisis et je veux la vivre pleinement, au quotidien. Peut-être que beaucoup ne le comprenne pas, mais c’est ma vérité à moi. Je parle à Dieu, je lui demande ce que je désire profondément. La paix intérieure, la reconnexion à Lui, la reconnexion à moi, à qui je suis profondément, de trouver mon sens à la prière, à comprendre le sens du devoir, à trouver la sérénité, le calme, à trouver ma vérité, à trouver chaque jour un bout de moi… Pour construire mon propre puzzle de vie. Je lui demande de me révéler, à mes yeux, ma force et mon courage.

Aujourd’hui, pour moi, la prière, c’est mon moment de retour à l’essentiel, dans le bruit de la vie, dans la foule, c’est mon cœur qui bat lentement et qui sourit de joie. J’y retrouve ma joie et ma révélation de l’Amour divin. C’est ma relaxation, mon nettoyage quotidien, mon apaisement, ma connexion énergétique à cette dimension supérieure, dans laquelle retournera mon âme. A cette Energie Créatrice de la vie, de nos énergies. C’est ma joie et ma gratitude quand je résiste à la faire et que je demande la force de l’accomplir et de rester connectée. Car, en toute sincérité, la magie n’est pas là tout le temps, mais quand elle n’opère pas, je l’appelle et je Lui demande de me donner la force pour accomplir mon devoir car dans l’endurance, je deviens plus forte. La prière, c’est une de mes expressions spirituelles, la plus importante. La plus nécessaire à mes yeux. La majorité du temps, je ne la fais pas à l’heure, pour des raisons différentes, bien que la vibration soit haute la majorité du temps. Elle devient un besoin vital car je sais qu’elle est puissante et qu’elle me donne la force pour vivre ma vie d’humaine dans ce monde humain. Elle me rappelle que je suis une âme mais aussi une humaine justement. Je garde en tête que je suis une âme, une énergie puissante qui a une mission sur terre, et je garde en tête que je suis humaine parmi plein d’autres humains, que je suis un domino parmi les dominos, et que je suis en voyage. Je désire trouver l’équilibre entre les deux, le monde physique et le monde de l’au-delà.

Dans cette mission, résonne très fort, l’Amour Universel <3 C’est par cette énergie que je souhaite dire ma vérité, être moi-même, en accomplissant ma mission (sous plusieurs formes dans les chapitres de la vie), et offrir à la collectivité ce que j’ai pour mission d’offrir même quand j’ai peur.

Merci pour votre amour, je vous aime <3

Nada xx – SendAndLove

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *